Acceptation sociale. Débat.

Le  travail sur le corps fait partie de la culture mondiale depuis la nuit des temps. Il suffit de penser aux tatouages, peircing et scarifications diverses, sans compter les multiples formes de chirurgies esthétiques et tortures corporelles. Ce qui distingue les bioartistes des divers intervenants sur le corps c’est qu’il s’agit d’artistes professionnels inscrits dans le réseau/système international de l’art officiel.

Ces bioartistes sont en quelque sorte des lanceurs d’alerte. Certains se définissent franchement comme transhumanistes alors que d’autres s’y opposent carrément ou le questionnent sérieusement. On retrouve des positions aussi polarisées chez les généticiens, embryologistes, biologistes, médecins, philosophes et futurologues qui se penchent sur la question. Jusqu’où irons-nous dans la transformation du corps ? L’homo sapiens est-il prêt et souhaite-t-il devenir un mutant plus ou moins cyborgs ? La limite serait-elle le mystérieux point Omega ? Il y a tellement d’interprétations possibles à partir de ce concept imaginaire de Teilhard de Chardin. 

C’est au nom de la dignité humaine et des dangers de jouer aux apprentis sorciers avec l’inconnu que questionne  le biologiste Jacques Testart. Par contre,  le neurologue Laurent Alexander insiste pour rappeler l’urgence de repenser la notion d’Intelligence afin  d’adapter le plus rapidement possible l’éducation à cette fulgurante transition techno-culturelle. Selon lui, comme plusieurs transhumanistes, l’humanité n’a pas le choix si elle veut rendre l’Intelligence humaine complémentaire à l’Intelligence artificielle. Gros débat en perspective !

Quand on soulève la question de l’acceptation sociale, notion à la mode chez nos politiciens, on voit bien que la majorité des gens veut prolonger leur vie en utilisant les biotechnologies et pharmacologies qui offrent cette possibilité. C’est ce que j’observe en général chez les individus de ma génération. Génération qui produira de nombreux centenaires et qui ne semble pas réclamer en masse l’aide médicale à mourir. À ce propos, je tiens à rendre hommage à Hélène Bolduc, grande sorcière de Montréal, pour son engagement exceptionnel dans l’Association Québécoise pour le Droit de mourir dans la Dignité. Comme première présidente de l’Association, Hélène a su gérer l’évolution de cette association avec talent, humanisme et  grande sagesse. L’idée est lancée, la Loi évoluera en fonction de l’acceptation sociale et de l’évolution de la société.

Par ailleurs, quels futurs parents ne voudraient pas éliminer les embryons porteurs de gènes déficients pour choisir les plus adéquats quand on sait que 94% à 97% des mères, portant un fœtus ayant le gène de la trisomie 21, se font avorter. De plus, on pourrait choisir le sexe et prévenir une centaine de maladies génétiques en sélectionnant les meilleurs embryons. D’autant plus que le système CRISPR rend les choses plus faciles non seulement pour la sélection des humains. Une révolution s’annonce aussi en agriculture, mais on en parle moins. 

En génétique, les Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats (« Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées »), plus fréquemment désignées sous le nom de CRISPR (acronyme prononcé /ˈkrɪspəʳ/), sont des familles de séquences répétées dans l’ADN.

La porte est grande ouverte pour la création d’individus augmentés comme dans le film Bienvenue à Gattaca, lequel ressemble de moins en moins à la science-fiction. Jusqu’où les  futurs homo sapiens pourront-ils ou devront-ils être prolongés ou augmentés  en utilisant les diagnostics pré-nataux et préimplantatoires, après avoir été sélectionnés eux-mêmes ? Risque-t-on de créer des classes d’individus déterminées qui nuiraient à la biodiversité sociale ? Quel gouvernement pourra s’offrir le luxe de répondre aux besoins et choix de tous ses citoyens et citoyennes ? Sans compter l’immigration. Quels seront les espaces de liberté dans ce futur ? S’il devient possible d’éradiquer toutes les maladies d’origine génétique dès l’embryon, serait-ce une bonne solution? La liste des questions est longue. Gros débat !

 

Extrait du film Bienvenue à Gattaca

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s