TROISIÈME PARTIE : MAI 1985 — Bioart et Transhumanisme

L’affaire est dans l’sac

En mai 1985, je présentais à Rimouski la performance l’affaire est dans l’sac. Celle-ci traitait de la notion d’identité reliée au corps biologique. Aujourd’hui les artistes du BioArt poursuivent leurs audacieuses et troublantes recherches sur l’identité en intégrant les NBIC*.

*Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et sciences Cognitives (NBIC). 

C’est en étudiant l’histoire de la génétique, de l’eugénisme et du transhumanisme que j’ai pris conscience de l’impact des expérimentations artistiques actuelles, à mille lieux des réflexions de l’époque, en ce qui concerne les NBIC. La grande transition historique commençait à peine ainsi que l’importance que prend la notion d’identité numérique.

C’est au Salon Hors du Temps que j’ai présenté l’affaire est dans l’sac. J’expliquerai le processus de cette performance, mais surtout je résumerai l’essentiel de mes recherches historiques qui m’ont permis de  mieux comprendre l’émergence du transhumanisme au XXe siècle.  Mouvement dans lequel s’inscrivent de façon spectaculaire les trois bioartistes que je présenterai : Orlan, Edourdo Kac et Sterlac. Par la suite, je traiterai de l’acceptation sociale et de la reproduction des élites tout en tentant quelques réflexions, sur l’eugénisme, auxquelles cette recherche m’a confrontée et me confronte toujours.

Le Salon Hors du temps

Les anciens rimouskois reconnaîtront sans doute la photo de mon atelier Le Salon Hors du Temps, en face de la librairie Vénus. Ce fut mon terrain de jeu artistique durant quelques années avant que  j’aménage dans mon ermitage, à Pointe-au-Père.

Le Salon Vénus inc. est devenu propriétaire de la maison blanche. Tour à tour, salle d’expositions artistiques,  mon atelier et la Maison des femmes de Rimouski. Finalement, la Coopérative Aténa est devenue propriétaire de la maison. Leur premier projet  de créer une fabrique de bière et un pub est tombé à l’eau pour devenir l’actuelle Coopérative d’habitation.

Performance L’affaire est dans l´sac

Quelques-unes de mes identités imaginaires apparaissant dans L’affaire est dans l’sac.

L’élément déclencheur de la performance fut le fait qu’un soir, à la brunante, alors que je me rendais allègrement au terminus d’autobus, je me suis fait bousculée et volée par trois personnes cagoulées vêtues de noir.
À l’époque j’aurais dit trois garçons. (De nos jours c’est plus compliqué d’identifier le sexe et le genre puisque celui-ci serait dans la tête, paraît-il. En plus, on risque d’être mal vu si on se trompe. Qu’importe ! ) J’ai alors pris conscience que l’essentiel de mon identité était dans ma grosse
sacoche : carte d’assurance sociale, d’assurance maladie, permis de conduire, assurance auto, cartes de crédit, porte-monnaie, bottin téléphonique, clés, lettres, maquillage, cigarettes, etc. J’ai aussi pris conscience que le vol ressemble à un viol. C’est violent ! C’est à partir de mes réflexions sur cet événement et ma condition de femme que j’ai construit une performance qui questionnait la notion d’identité. Question reprise bio-technologiquement par les artistes du Bioart.

Trois ans plus tard, je pose fièrement à côté d’une publicité à Paris dont le slogan est identique au titre de ma performance !

Transhumanisme et évolution

Le mot transhumanisme est apparu en France dans les années 1930, via le Centre d’études des problèmes humains où voisinent les idées d’Alexis Carrel et de Julian Huxley (frère d’Aldous)  et où l’on évoque la pensée spiritualiste évolutionniste de Pierre Teilhard de Chardin. Mis à l’index par l’Église de Rome, l’œuvre du jésuite scientifique vise le point Omega pour l’avenir de l’humanité. Rien de moins. Cette façon singulière d’imaginer le futur avait tout ce qu’il fallait pour inspirer spirituellement certains courants transhumanistes. (Les jésuites doivent se retourner dans leur tombe.) L’œuvre de Pierre Teilhard de Chardin fut traduite en anglais par Julian Huxley, président de la Société eugénique britannique. Celui-ci fut co-rédacteur du Manifeste des généticiens en 1939 et premier directeur à l’UNESCO en 1948. C’est lui  qui popularisa le terme transhumanisme lors d’une conférence  dans les années 1950.

De son côté le  controversé prix Nobel de 1912, le chirurgien Alexis Carrel, rayé de la toponymie de Montréal en 2017, fut carrément associé au nazisme. Pourtant tous ces scientifiques et philosophes en faveur de l’eugénisme, dont Bertrand Russel, avaient en commun l’idée d’évolution et de perfectionnement de l’humanité tout en craignant la surpopulation des inaptes. Ils étaient nombreux en Angleterre les adhérents à des cercles eugéniques qui visaient la sélection rationnelle plutôt que naturelle.  Mais, suite au nazisme, toute idée d’évolution reliée à l’eugénisme est devenue tabou malgré la stérilisation forcée qui était devenue monnaie courante dans de nombreux pays. J’y reviendrai. 

Alexis Carrel,(1873-1944)
Prix Nobel physiologie ou médecine 1912

« L’unique route ouverte au progrès humain est le développement optimum de toutes nos potentialités physiologiques, intellectuelles et spirituelles. Seule cette appréhension de la réalité totale peut nous sauver.» Carrel

PIERRE THEILLARD DE CHARDIN

Pierre Theillard de Chardin,  (1881-1955)
Jésuite paléontologue

« Notre devoir d’Homme est d’agir comme si les limites de notre puissance n’existaient pas. Devenus, par l’existence, les collaborateurs d’une Création qui se poursuit en nous pour mener invraisemblablement à un but (même terrestre) bien plus élevé et éloigné que nous ne pensons, nous devons aider Dieu de toutes nos forces, et manipuler la matière comme si notre salut ne dépendait que de notre industrie.»  Theillard de Chardin

JULIAN HUXLEY

— Julian Huxley, (1887-1975)
Biologiste, théoricien de l’eugénisme 

« Une fois pleinement saisies les conséquences qu’impliquent la biologie évolutionnelle, l’eugénique deviendra inévitablement une partie intégrante de la religion de l’avenir, ou du complexe de sentiments, quel qu’il soit, qui pourra, dans l’avenir, prendre la place de la religion organisée. »  Huxley

L’idée d’améliorer et de prolonger l’espèce humaine est réapparue en force en Californie dans la Silicon Valley dans les années 1980, avec l’aide de la NASA,  sous la houlette de Ray Kurzweil patron de l’université de la Singularité dont on retrouve des tentacules dans divers pays. Le mouvement transhumanisme prône l’utilisation des diverses technologies afin de soigner, perfectionner, transformer et prolonger l’homo sapiens. Et pourquoi pas le rendre immortel, comme le propose la firme Neurolink de Elon Musk, en créant une symbiose cerveau/machine par des implants neuronaux ? 

Malgré la tentative de rendre le concept plus sexy en 2008, en changeant le nom pour Humanity Plus, cela n’a pas changé grand chose. La Déclaration  définissant les bases du transhumanisme est rédigée en 7 points. Le premier point se lit ainsi : « L’humanité sera profondément affectée par la science et la technologie dans l’avenir. Nous envisageons la possibilité d’élargir le potentiel humain en surmontant le vieillissement, les lacunes cognitives, la souffrance involontaire, et notre isolement sur la planète terre. »

Captivant et troublant la création de ce projet qui en désole certains et en réjouit d’autres. Voici donc quelques un des livres qui m’ont particulièrement aiguillonnée dans cette recherche sur la génétique, les biotechnologies et le transhumanisme.  Parmi ces livres, celui de  Jacques Testart, père du premier bébé-éprouvette français en 1982, m’a rappelé les pratiques artistiques du BioArt qui jusqu’alors ne m’avaient pas tellement captivée. 

Le Bioart et la question des limites

De fil en aiguille, en approfondissant la question du transhumanisme, je comprenais que ce mouvement vise à revoir le rapport au corps en questionnant et en repoussant ses limites. C’est exactement le projet des bioartistes qui sont des intellectuels, boursiers, chercheurs patentés, conférenciers, diplômés, honorés, reconnus à travers le monde dans les réseaux d’arts technologiques et bioartistiques. Les historiens et historiennes de l’art ne peuvent les ignorer*. 

ORLAN

ORLAN : naissance 1946

ORLAN est une artiste française féministe, multidisciplinaire qui travaille à Paris, New-York et Los Angeles. L’artiste vise à sortir des normes et du cadre. Son installation/performance Le Baiser de l’artiste de 1977 fit scandale et lui valut le congédiement de son travail de formatrice culturelle dans une école privée. Son art corporel interroge les pressions politiques, sociales et religieuses, principalement la tradition judéo-chrétienne dont elle est issue. ORLAN vise la suppression de l’inné et de l’acquis et questionne la beauté et le désir. Elle interroge les clichés de la femme mère et putain. Le scandale fut tel que personne ne l’a défendue : ni les féministes, ni le milieu de l’art. Malgré l’anathème qui pesa sur elle, elle continua sans relâche ses explorations. Dans son manifeste de 1992 « L’art charnel » l’artiste « ne s’intéresse pas au résultat plastique final, mais à l’opération-chirurgicale-performance et au corps modifié, devenu lieu de débat public ». Elle réclame de faire ce qu’elle veut de son corps, toutefois sans le faire souffrir. En 1993 l’artiste plasticienne défraya la chronique en transformant son visage par neuf opérations, notamment par une chirurgie d’implants en forme de bosses, sur les tempes. Ces performances sont filmées, on peut les voir sur internet. Dans sa performance de 2007 Le Manteau d’Arlequin, inspiré du livre de Michel Serre Le tiers instruit, ORLAN est filmée pendant l’opération dans le bloc opératoire alors qu’on lui prend des cellules qui seront cultivées en laboratoire avec d’autres cellules humaines  pour la création du Manteau d’Arlequin, métaphore utilisée dans le livre de Michel Serre.

Edouardo Kac : naissance 1986

L’américano-brésillien de formation littéraire et philosophique Edouardo Kac fit un grand coup médiatique avec la lapine transgénique fluorescente qu’il baptisa Alba et qu’il inscrivit dans son catalogue d’artiste en 2000. Maîtrise en beaux-arts de  l’Art Institut of Chicago, il est récipiendaires de nombreux prix et bourses.  Son œuvre se trouve dans les plus grands Musées de la planète. Très prolifique, son processus de recherche et d’expérimentation est largement appuyé par des écrits théoriques à caractère critique. Il s’intéresse à la communication sous toutes ses formes via la bio-informatique et diverses technologies. En 1989, il a produit sa première œuvre de télé-présence en intégrant la robotique commandé à distance.  C’est lui qui inventa le mot BioArt, notion qui l’amène à questionner la limite entre l’animal et l’humain ainsi que  l’humain et l’inhumain. En 1997, en direct, à la télé brésilienne, il présenta Time Capsule. Cette performance de bioarttransgénique, en présence d’un médecin, consistait à s’implanter dans la jambe un microcircuit afin d’inscrire son corps et son identité dans une base de données d’identification des animaux qui sert à positionner les animaux perdus. Quelques minutes plus tard  il fut lu optiquement à Chicago et reconnu comme animal et propriétaire.

Kac est un pionnier contreversé, entre autre, parce que la fameuse lapine Alba fut fabriquée en France en 1998 au laboratoire de l’INRA, dirigé par Louis-Marie Houdeline, en introduisant un gène de méduse dans le code génétique de la lapine. Suite à la visite du laboratoire, Kac s’est approprié la lapine comme œuvre d’art. Par cette diffusion mondiale, un certain public prenait conscience de ce travail de laboratoire sur les animaux transgéniques. Ce genre de recherche se pratiquait aussi à Singapour et l’on vit apparaître sur le marché, au début des années 2000, des poissons d’ornements fluorescents Glofish et Electric Greens considérés non dangereux selon l’Avis de Pêche et Océan canada en 2018, alors qu’ils sont interdits dans plusieurs pays.

Extrait du Manifeste du BioArt de 2017 signé par Eduardo Kac*:
« Nous faisons confiance au public artistique qui reconnaît que, du fait que Bio Art est vivant, tout Art Bio a des implications politiques, sociales, culturelles et éthiques, que celles-ci soient explicites ou non par l’artiste. »

*Marianne Cloutier a produit un mémoire de maîtrise en histoire de l’art à l’UQAM sur Edouardo Kac. Elle poursuit des études post-doctorales en bioéthique et collabora comme commissaire à l’exposition Art + Bioéthiqueen 2016 à Montréal.

Stelarc : Naissance 1946

STERLAC

Sterlac est né à Chypre et vécut sa jeunesse marginale en Australie. Son œuvre est principalement orientée sur l’extension des capacités du corps humain. Il est devenu une célébrité mondiale en 2007 grâce à la troisième oreille, produite à partir de cellules souches, qu’il s’est fait transplanter dans le bras. D’abord chercheur dans les arts de la performance dans une université en Angleterre il pousuivit ses recherches à l’université Curtin en Australie. C’est au Japon qu’il eut la révélation du travail sur le corps grâce au butô qui explore l’éphémérité du corps. Désormais dans son œuvre, le corps sera perçu commme un objet obsolète. Suite au choc du butô, la transformation de l’homme en forme non humaine est devenu son projet.  Il enseigna l’art et la sociologie sur l’homme/robot, l’Intelligence artificielle, la vie possible en dehors du corps biologique a l’école internationale de Yokohama. Et il réalisa sa série de 25 supensions corporelles de 1976 à 1988. Il produisit aussi des exosquelettes. En 1997 il est professeur d’Honneur au département Art and Robotics de l’Université Carnegie Mellon. Doctorat, honoris causa de plusieurs universités, il obtint le prestigieux prix Ars Electronica dans la catégorie Art hybride, en Autriche. 

Acceptation sociale. Débat.

Le  travail sur le corps fait partie de la culture mondiale depuis la nuit des temps. Il suffit de penser aux tatouages, peircing et scarifications diverses, sans compter les multiples formes de chirurgies esthétiques et tortures corporelles. Ce qui distingue les bioartistes des divers intervenants sur le corps c’est qu’il s’agit d’artistes professionnels inscrits dans le réseau/système international de l’art officiel.

Ces bioartistes sont en quelque sorte des lanceurs d’alerte. Certains se définissent franchement comme transhumanistes alors que d’autres s’y opposent carrément ou le questionnent sérieusement. On retrouve des positions aussi polarisées chez les généticiens, embryologistes, biologistes, médecins, philosophes et futurologues qui se penchent sur la question. Jusqu’où irons-nous dans la transformation du corps ? L’homo sapiens est-il prêt et souhaite-t-il devenir un mutant plus ou moins cyborgs ? La limite serait-elle le mystérieux point Omega ? Il y a tellement d’interprétations possibles à partir de ce concept imaginaire de Teilhard de Chardin. 

C’est au nom de la dignité humaine et des dangers de jouer aux apprentis sorciers avec l’inconnu que questionne  le biologiste Jacques Testart. Par contre,  le neurologue Laurent Alexander insiste pour rappeler l’urgence de repenser la notion d’Intelligence afin  d’adapter le plus rapidement possible l’éducation à cette fulgurante transition techno-culturelle. Selon lui, comme plusieurs transhumanistes, l’humanité n’a pas le choix si elle veut rendre l’Intelligence humaine complémentaire à l’Intelligence artificielle. Gros débat en perspective !

Quand on soulève la question de l’acceptation sociale, notion à la mode chez nos politiciens, on voit bien que la majorité des gens veut prolonger leur vie en utilisant les biotechnologies et pharmacologies qui offrent cette possibilité. C’est ce que j’observe en général chez les individus de ma génération. Génération qui produira de nombreux centenaires et qui ne semble pas réclamer en masse l’aide médicale à mourir. À ce propos, je tiens à rendre hommage à Hélène Bolduc, grande sorcière de Montréal, pour son engagement exceptionnel dans l’Association Québécoise pour le Droit de mourir dans la Dignité. Comme première présidente de l’Association, Hélène a su gérer l’évolution de cette association avec talent, humanisme et  grande sagesse. L’idée est lancée, la Loi évoluera en fonction de l’acceptation sociale et de l’évolution de la société.

Par ailleurs, quels futurs parents ne voudraient pas éliminer les embryons porteurs de gènes déficients pour choisir les plus adéquats quand on sait que 94% à 97% des mères, portant un fœtus ayant le gène de la trisomie 21, se font avorter. De plus, on pourrait choisir le sexe et prévenir une centaine de maladies génétiques en sélectionnant les meilleurs embryons. D’autant plus que le système CRISPR rend les choses plus faciles non seulement pour la sélection des humains. Une révolution s’annonce aussi en agriculture, mais on en parle moins. 

En génétique, les Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats (« Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées »), plus fréquemment désignées sous le nom de CRISPR (acronyme prononcé /ˈkrɪspəʳ/), sont des familles de séquences répétées dans l’ADN.

La porte est grande ouverte pour la création d’individus augmentés comme dans le film Bienvenue à Gattaca, lequel ressemble de moins en moins à la science-fiction. Jusqu’où les  futurs homo sapiens pourront-ils ou devront-ils être prolongés ou augmentés  en utilisant les diagnostics pré-nataux et préimplantatoires, après avoir été sélectionnés eux-mêmes ? Risque-t-on de créer des classes d’individus déterminées qui nuiraient à la biodiversité sociale ? Quel gouvernement pourra s’offrir le luxe de répondre aux besoins et choix de tous ses citoyens et citoyennes ? Sans compter l’immigration. Quels seront les espaces de liberté dans ce futur ? S’il devient possible d’éradiquer toutes les maladies d’origine génétique dès l’embryon, serait-ce une bonne solution? La liste des questions est longue. Gros débat !

 

Extrait du film Bienvenue à Gattaca

Élitisme et eugénisme

Platon

L’idée de privilégier la reproduction de l’élite n’est pas nouvelle, Platon en fut le champion dans sa vision de la République idéale où les bébés indésirables devaient être éliminés sans problème, en conformité avec la tradition. Dans la Grèce antique l’élite comprenait essentiellement des citoyens mâles (des purs sang grec). Les femmes, esclaves, métèques étaient exclus du débat public. Que faut-il en penser aujourd’hui ? Est-il toujours favorable de privilégier la reproduction de l’élite ? Quelle élite ? La liste des questions pourrait être très longue.

Avec la chrétienté la structure sociale élitiste s’est modifiée tout en demeurant patriarcale. Le planning familial catholique fut conçu par les Pères de l’Église, à l’opposé de la pensée de Platon : interdiction d’avortement et reproduction maximale du peuple, dans le but de s’assurer une meilleure place au ciel, sans doute ? Ce n’est qu’à la fin du 19esiècle que Sir Francis Galton, cousin de Darwin, est revenu en force avec la création de la notion d’eugénisme qui signifie bonne naissance. Professeur à l’université de Londres, ses recherches, conférences et écrits inspirèrent le premier Congrès international d’eugénique en 1912. 

Dès 1907 la première société d’eugénique de Londres, qui eut des accointances avec le nazisme, l’Eugenics Education Society comprenait 600 membres dont la moitié était des femmes. L’une d’entre elles, Marie Stopes. fut la militante la plus remarquable pour l’éducation à la sexualité, à la contraception et à l’avortement. Le contexte social de l’intelligentsia était favorable à l’eugénisme et plusieurs pays pratiquèrent la stérilisation des personnes considérées inaptes à la reproduction dont les États-Unis, la France, la Suède, le Canada, la Russie, le Japon. 

Marie Stopes, paléobotaniste, militante.

Pour conclure, il faut se faire à l’idée que le transhumanisme est un nouveau paradigme qui appelle à la réflexion. L’idée de prolonger la vie sur terre et d’éliminer les tares génétiques fait de plus en plus d’adeptes, indépendamment de toutes les idéologies politiques, philosophiques, spirituelles, religieuses ou morales. Sans les avancés des NBIC le transhumanisme visant le point Oméga ne serait pas apparu avec une telle force et si rapidement. De telle sorte qu’on peut imaginer que le clivage du futur, risque de s’opérer entre les bio-conservateurs et les transhumanistes. Avec toutes les nuances que l’on peut imaginer.

L’histoire de l’art nous apprend que les artistes, ont tendance à utiliser les dernières découvertes techniques et scientifiques dans leurs explorations. Par exemple, la peinture à l’huile amena le déclin de la technique de la fresque, le tube de peinture transporta les artistes dans la nature et l’appareil photo bouleversa le monde de l’image, tant par la forme et le contenu que par la production et la diffusion. Aujourd’hui, films, séries et jeux video dominent la consommation d’images sur la planète et l’homo sapiens recycle ses visions du monde grâce aux NBTC. Quoique l’on pense des bioartistes, ceux-ci et celles-ci ont le mérite d’utiliser des technologies actuelles afin de provoquer le débat social. N’oublions pas que ce qui se trame dans les laboratoires du futur n’est pas sous les projecteurs des médias. Heureusement, les bioartistes, lanceurs d’alertes, illuminent la caverne de Platon.

Pour l’instant, que dire des nombreuses prothèses possibles pour les diverses parties du corps ? La liste est longue et les patients sont nombreux.

DEUXIÈME PARTIE : 1984 — Exposition-performance : Voir l’entendre

« Lorsqu’on parle de soi, on parle de trois choses : on parle de celui (ou celle) qu’on croit avoir été, de celui qu’on a voulu être et de ce qu’on a été. Nous sommes toujours plus ou moins dans la fiction, dans le récit que l’on se fait de soi et des autres » — MARGUERITE YOURCENAR

L’élément déclencheur

L’élément déclencheur de cette première exposition – performance* fut la belle gravure provenant d’une vente de débarras au Collège de Rimouski : une interprétation de la fameuse Dernière Cène de Léonard de Vinci. Avec cette représentation mythico-humaniste, reprise par plusieurs artistes dans l’histoire de l’art, j’étais en pays de connaissance, notamment parce que dans ma famille nous étions 12 enfants, six garçons, six filles. En voyant la gravure, le déclic s’est fait. J’ai vu l’ensemble du projet et les tableaux furent réalisés l’un après l’autre sans soucis.

*Un long article de Wikipedia explique l’histoire de la performance qui commença avec les Futuristes italiens et qui culmina au Québec, avec le mouvement féministe, à partir des années 1970.

Rire à la sainte table

Sur la photo de gauche, Cécile et Ursmord n’avaient que onze enfants. Sur la photo de droite, grâce à l’arrivée de la petite dernière, la douzaine est complète.

L’idée de partager le vin et un repas, en famille ou entre amis, c’est la chose que j’apprécie le plus des rituels du christianisme, sans croire que je mange le corps et que je boive le sang du Christ. Quand même !  Je n’ai jamais cru à ce genre de magie. Quand on se dégage de cette imagerie enfantine, de ce cannibalisme primaire, on reconnaît que boire et manger sont essentiels à la survie de l’homo sapiens et de toutes les espèces vivantes. Il suffit de suivre l’évolution d’un grain de blé, ou de riz, pour en saisir la beauté et la complexité. Sans doute qu’il s’agit de poussières d’étoiles comme l’homo sapiens. Quoi qu’il en soit de ce passé lointain, rien d’étonnant que ce rituel de partage se perpétue malgré la laïcisation progressive de la société québécoise. 

Les rituels naissent, se développent, s’imposent et se transforment. Ils suivent l’évolution des changements sociaux et idéologiques ainsi que des changements dans nos vies personnelles. On retrouve des rituels et codes sociaux partout : dans les sports et jeux, en politique, dans les diverses institutions et religions. Les rituels partagés cimentent les liens sociaux, parfois pour le meilleur, parfois pour le pire. Il existe de multiples réseaux de rituels et diverses histoires de leurs organisations et de leurs transmissions. Certains rituels portent à rire d’autres pas. Tout dépend des circonstances, coutumes, traditions, formes de hiérarchie sociale, etc. Les rires sociaux à l’encontre des divers pouvoirs sont soumis aux normes, lois et constitutions des divers pays.  

Au Québec, le rire collectif  accompagna la décléricalisation, dans les années 1960-70, grâce aux Cyniques* et à Yvon Deschamps*. Le pouvoir de l’Église de Rome venait de sauter en éclats par l’humour carnassier ou faussement bon-enfant de ces jeunes humoristes. Cette libération collective du poids de la religion catholique ne s’applique évidemment pas à toutes les religions. C’est bien connu. Les québécois ne partagent plus de Rire collectif. Même le Bye bye est en peine d’humour social. L’humour subversif est en déclin parce que les Chartes et Constitutions nous empêchent de rire du monde. La liberté d’expression a ses limites et dorénavant ce sont les avocats et les assureurs qui sont les contrôleurs du Rire. 


Collectif, Les Cyniques, Le rire de la Révolution tranquille, Triptyque, 2013
* Robert Aird, L’histoire de l’humour au Québec, VLB éditeur, 2004 et Histoire politique du comique au Québec, VLB éditeur, 2010. 

L’ écrivain Umberto Éco nous montre dans le roman Le nom de la rose* que le rire n’avait pas de place dans l’Église de Rome au Moyen-Âge. En contrôlant les spasmes organiques, orgasmiques, incontrôlables du rire, le pouvoir contrôlait aussi les consciences.  Il fallu attendre l’humaniste, moine et médecin François Rabelais, l’auteur de Gargantua,  pour que le rire s’introduise grossièrement puis finement dans la culture française en fonction des nouvelles hiérarchies sociales.  C’est en lisant Alain Vaillant que j’ai compris que cette exposition-performance s’inscrivait dans un motif constant dans la culture occidentale : le rire et le vin. Voilà donc où je voulais en venir, en faisant ce détour dans l’histoire du Rire. Avec le recul des ans, je comprends mieux mon processus de 1984 alors que j’étais totalement immergée dans l’action créatrice. 

*Le film de J.J. Annaud produit en 1986, avec l’acteur Sean Connery, fit connaître davantage le roman.

Rire et vin

« L’équivalence du rire et du vin est un motif constant dans la culture occidentale. L’éloge du vin n’est pas seulement pour Rabelais une pirouette finale, ni une blague banale d’après-boire, ni la parodie carnavalesque des Saintes écritures et de tout son sacré. Le rire rabelaisien est bien plus qu’un antidote contre toutes les illusions (religieuses, spiritualistes, idéalistes) ; il est d’abord l’affirmation d’une conviction philosophique d’où découle un impératif moral. La conviction est celle d’un immanentisme absolu, avec lequel il ne saurait être question de transiger.»

Alain Vaillant, La civilisation du rire, CNRS EDITIONS, 2016, p.259

Introduction à la performance

Cette photo me révèle et me rappelle que je jouais à l’enseignante, le jeu avec Denise, dont j’ai parlé précédemment ( 1978 — La prodigieuse amie d’enfance ), mais j’avais changé de rôle.  Le jeu et le travail se confondaient et j’expliquais innocemment mes recherches sur la vue et le cerveau de l’homo sapiens. Cet organe physique et psychique évolue sans cesse grâce aux multiples technologies qui permettent de conserver, sur divers supports, des traces de vie des diverses civilisations ainsi que celles des êtres chers. Le rafraîchissement de la mémoire est désormais possible, pour une bonne partie des terriens et terriennes. Il est même possible d’observer de loin ou de près, de jouer avec les distances, les points de vue, les plans, les angles, les textures, l’ombre et la lumière, la transparence, le mouvement, la vitesse, la couleur, etc. Sans parler de ce qui est présenté comme passé, présent, futur ou virtuel. Il est également possible de voyager dans le temps et l’espace, dans l’infiniment grand et l’infiniment petit, non seulement par la pensée mais par une représentation de l’image grâce à la technologie. 

Ces technologies de 1984* dont je parlais dans cette introduction, celles que j’utilisais et celles que j’imaginais, annonçaient le futur dans lequel nous vivons. Futur dans lequel l’homo sapiens semble très mal adapté quand on observe la scène mondiale. C’était vrai en 1984. C’est encore plus vrai.

*1984. Ce roman de Georges Orwell nourrissait mon imagination autant que l’histoire de l’art.

Présentation des tableaux

J’expliquais à tour de rôle chacun de mes tableaux, en lien avec l’évolution de l’imagination des artistes au XXe siècle. Ces productions avaient un caractère didactique tout en reflétant ma singularité : mon style, ma signature comme on dit.  

Mon propos, portait surtout sur la vue, la vision, la télévision, la visualisation, la mémoire, les technologies, le cerveau et les sens. Je parlais des diverses lunettes avec lesquelles on peut observer les divers niveaux d’organisation de la vie. L’influence de Henri Laborit était présente.

Les 12 tableaux, recouverts d’un rideau blanc ou noir, que je dévoilais à tour de rôle, étaient reliés entre eux par l’utilisation du miroir. Ce matériau m’attirait pour sa fragilité, le défi technique des coupes, ses jeux de reflets de l’environnement ainsi que par les questions qu’il provoque dans une réflexion sur l’identité. À l’époque je n’avais pas encore entendu parler du concept des neurones miroirs découvert par G. Rizzolatti au début des années 1990. Théorie appelée à évoluer sans doute. 

Le 12e tableau : La Dernière Scène

Le dévoilement de la Dernière Scène était en quelque sorte le dénouement de la performance. Les participant(e)s ont joué le jeu et l’on a partagé le vin dans un rituel qui s’inscrit dans la mémoire collective de la civilisation gréco-romano-judéo-chrétienne. Surprenant pour une mécréante ? Non, pas vraiment. 

« C’est l’esprit qui voit et qui entend. » —Montaigne

La formule f = cp

Un autre élément particulièrement significatif dans mon « processus de recherche artistique », si on peut dire, fut la création de la formule f = cp.  Cette formule était en quelque sorte un pied de nez amical à Albert Einstein car ses découvertes sur la relativité ont largement bouleversé la conscience mondiale sur les plans de l’énergie, de l’espace, du temps et sur la notion de Dieu. Était-ce un bien ? Était-ce un mal ?  Quoi qu’il en soit, l’homo sapiens était rendu là dans son évolution et j’observais que les civilisations terriennes avaient perdu le cap de la survie. Hélas, comme il n’y a qu’une minorité des sept milliards  et plus de terriens qui  comprennent quelque chose à l’évolution, aux mystères de la vie et aux Lois de l’énergie, j’avais donc eu  l’idée d’inventer une formule démocratique pour les pauvres sorciers et sorcières qui manquons de repères pour nous situer dans l’évolution.  

À partir de cette formule, imaginée en créant le tableau,  j’ai demandé aux participants et participantes de trouver des mots pour l’expliquer. Le public a joué le jeu et j’ai reçu de nombreuses interprétations. Rien de plus démocratique que de s’inventer sa propre formule magique. Juste pour rire.

Photos du public

Un troisième aspect de l’événement qui m’importait c’était de prendre des photos des personnes qui osaient se présenter chez Vénus pour Voir l’entendre. La performance en arts visuels joue sur la notion de regardé/regardant/participant. Il est coutume de conserver des photos pour mémoire car il s’agit d’un moment d’arrêt dans lequel l’artiste interpelle momentanément le public. Un moment d’arrêt comme une bouteille lancée à la mer. L’invitation avait été lancée dans les médias locaux et la performance devait être présentée qu’une seule fois comme c’est généralement la coutume en arts visuels. Il suffisait de réserver à la librairie la trentaine de places disponibles. À ma grande surprise la demande fut telle que j’ai répété 3 ou 4 fois l’événement.Le nombre de joueurs et joueuses dépassait mes attentes. J’ai donc continué mon jeu d’artiste sur cette lancée.

1984 -1er anniversaire de la librairie Vénus : Lancement du RIRE

Un an déjà !

Année bien remplie à la librairie et au Collège. Je continuais à suivre les nouveaux courants de pensée pseudo-scientifiques et scientifiques. Celui qui émergeait c’était la santé par le Rire qui se développa d’abord grâce au médecin Patch Adam* (encore un médecin) et au journaliste Normand Cousin*. J’ai alors réfléchi sérieusement au concept et j’en suis devenue une adepte. C’était facile pour moi, car ma mère m’a mise au monde dans un éclat de Rire, en jouant un tour à sa nouvelle voisine, de Ville St-Michel, qui tenait absolument à assister à l’accouchement du 8 ème enfant de Cécile. De connivence avec ma mère, la sage-femme envoya la voisine chercher quelque chose chez elle et ma mère* en profita pour m’expulser dans un éclat de rire de sorcière : le rire orgasmique de la délivrance. Voilà pourquoi j’étais en quelque sorte prédestinée à célébrer le premier anniversaire Vénus dans la joie et le Rire avec tous ces nouveaux amis et nouvelles amies.

* Patch Adam : Sa vie et son projet donnèrent lieu à un livre biographique dont fut tiré en 1998 le film romancé « Docteur Patch » avec Robin Williams.
* Norman Cousin : Comment je me suis guéri par le rire. Petite bibliothèque, PAYOT.
* Ma sainte mère, Cécile Forget, était membre active du tiers-ordre de Saint-François d’Assise reconnu pour sa joie de vivre, son amour de la nature et son rire. Saint-François est le patron des écologistes.

C’est la fête !

Audette surgissant avec l’énorme gâteau. ( Photo : Claude Gauthier )
Irène en pleine performance. ( Photo : Claude Gauthier )
En compagnie de Anne. ( Photo : Claude Gauthier )

Lancement du RIRE

Pour ce joyeux anniversaire nous avions invité quelques amis et amies à exposer dans la petite salle qui servait aux expositions. Afin de démontrer le sérieux du RIRE, je me rappelle que j’avais conçu  l’acronyme RIRE pour signifier le Réseau International de Recherche sur l’Énergie. Une fille fait ce qu’elle peut !

« C’est par le rire que le monde redevient un endroit voué au jeu, une enceinte sacrée, et non pas un lieu de travail » — OCTAVIO PAZ

« L’homme est un animal qui sait rire, et qui fait rire » — HENRI BERGSON

Le Rire au département des arts

Au Collège, notre département était très dynamique et revendicateur. Nous étions toutes et tous très occupés à monter nos cours et à les perfectionner. À l’époque, il n’y avait pas d’internet et d’ordinateurs, je devais monter  le matériel pédagogique que je sélectionnais, classais, faisais transférer de support en suivant l’évolution technologique et sociale (super 8, Beta, VHS). Je me souviens des vieux films de l’ONF qui cassaient toujours. Le service de l’audio-visuel me produisait sur demande des diapositives à partir des livres  et revues. Ce service copiait toutes les émissions télévisuelles que je désirais : une mine d’or pour mes cours. Je me souviens d’être venue à Montréal chercher les reproductions les plus significatives pour l’histoire de l’art, faute de voir les originaux dans les grands Musées. Comme la plupart des départements on s’est adaptés progressivement aux nouvelles technologies tout en organisant régulièrement des expositions à la Galerie d’art du Cégep et au Musée Régional de Rimouski ainsi que des voyages pédagogiques. 

Les enseignants étaient passionnés par leur travail qui prenait à l’occasion la forme d’un jeu compétitif quand il s’agissait de la répartition des tâches. Heureusement le syndicat et les aînés s’occupaient des retraites. Ainsi, nous avions l’esprit libre pour nous consacrer à la recherche et à l’enseignement.

Notre enseignement avait des ressemblances avec l’École du Bauhaus allemand. Autant par le sérieux et la liberté que par le travail de recherche personnelle. Les élèves expérimentaient de nombreux matériaux et techniques et ils étaient stimulés à suivre leur propre voix, tout en étant bien informés du système des arts. Comme au Bauhaus, nous aimions bien fêter au 5étage. J’ai retrouvé ces photos d’une soirée où nous avions fait un concours de sculptures vivantes. Dans ce temps-là, on savait s’amuser et se respecter malgré nos différences. La conscience de l’aspect ludique et poétique de la vie fait partie de la démarche artistique, me semble-t-il. Cette conscience n’enlève pas la dimension tragique, elle l’allège par son aspect dérisoirement comique. 

Le club international du rire

Certificat de formation d’animateur/trice de Rire Libre ou Yoga du rire.

On dit l’idiot rit, le sage sourit. On dit tant de choses. Je ne sais pas. Je pense que la vie est un paradoxe ou le rire et le pleure sont l’envers et l’endroit d’un spectre émotif qu’on apprend à maîtriser au fil d’une vie. Il est facile de passer de l’un à l’autre. Flaubert disait qu’il suffit de se regarder pleurer dans un miroir pour éclater de rire. 

Le mouvement lancé par Patch Adam et Norman Cousin fit de nombreux adeptes et les thérapies par le Rire, le yoga par le Rire, la santé par le Rire, la Rigolothérapie sont devenus à la  mode ainsi que l’histoire, la philosophie, la sociologie, la psychanalyse, l’anthropologie, l’éthologie  du Rire. Et bien sûr, la sémiologie du Rire. Une vraie science du Rire se mettait en place car le Rire est une chose sérieuse qui possède une riche matière à décrypter. C’est dans ce contexte que fut fondée  l’École nationale de l’humour en 1988 où l’art et l’industrie du Rire se conjuguent  pour un bien-être social en  cherchant à s’adapter à l’évolution des mœurs de la société. Le Rire s’est institutionnalisé par ses nombreux festivals, Gala, Musée, etc. Bref par la place qu’il occupe dans les médias locaux et internationaux. Il y a matière à rire et à pleurer. Selon le point de vue. Le Rire est devenu une marchandise que Marx n’a pas analysée, me semble-t-il. Au Québec, à lui seul, le Groupe Juste pour rire génère des retombées économiques de 84.4 millions.  (La Presse 2017)

Finalement en 2004, j’ai voulu en avoir le cœur net et j’ai obtenu un certificat du Club de rire international du Québec pour en conclure que c’est habituellement plus facile de rire en groupe que de rire seul ou seule. Tout simplement parce que le rire est communicatif comme le bâillement. Serait-ce à cause des neurones miroirs ? Notion élémentaire, sans doute que beaucoup de québécois et québécoises ont compris cela, sans suivre de cours. 

Il faut reconnaître que les gens ont besoin de rire et que cette émotion universelle partagée, cet exutoire pour divers groupes sociaux et nationaux est parfois partagée pour une bonne partie des terriens et terriennes. La capacité de rire peut aussi bien être un signe d’intelligence que d’idiotie, de pouvoir que de soumission. Quoi qu’il en soit, c’est bon pour la santé et j’avoue que les techniques du rire sans raison peuvent amener à développer l’humour. Certaines personnes ont besoin de pratiquer en groupe. Pourquoi pas ?  Les techniques du rire sans raison pourraient sans doute devenir très rentables dans le système de santé. Il me semble que l’homo sapiens aurait tort de s’en passer, d’autant plus qu’une armée d’experts du Rire se bousculeront au portillon.   

De là, à militer pour en faire une religion mondiale qui mènerait à la paix mondiale, cela me fait plutôt sourire. Quoique…

« Seul ceux qui savent prendre à la légère ce que les gens prennent ordinairement au sérieux, peuvent prendre au sérieux ce que les gens prennent ordinairement à la légère ». —TCHOUANG-TSEU

Le Rire et le sérieux
 « Bien sûr, il existe un totalitarisme insupportable du sérieux. Mais que le rire soit lié au principe même de civilisation humaine (…) ne prouve pas ipso facto que le sérieux soit toujours barbare. Il existe aussi un totalitarisme soft du rire, très insidieux. Il faut parfois du sérieux, ne serait-ce que pour redonner au rire sa vraie mission anthropologique, qui est de mettre le réel à distance. Mais pour mieux le voir.»
La civilisation du rire, p.320 op.cité

Peut-on Rire de l’art ?
« L’art équivaut à un rire hyperbolique – un rire qui serait beaucoup plus puissant que tous les rires effectifs, au moins virtuellement ; d’un autre point de vue, c’est un rire raté et avorté. Pour la même raison, on peut aussi bien rire de l’art moderne ou jouer sérieusement le jeu de l’émotion esthétique. Une attitude n’est pas moins légitime que l’autre : le rire n’est pas nécessairement  le stigmate (honteux) de l’ignorance, de la bêtise ou du mépris, ni le sérieux celui de la banale soumission aux codes culturels. Le rieur n’est pas un amateur qui n’aurait pas compris la réalité des enjeux artistiques, le non-rieur n’est pas non plus un pisse-vinaigre incapable de relâcher la bonne énergie du rire. Mais, à la croisée de l’hilarité et de l’adhésion émotionnelle, l’art nous ramène tous à la condition de l’âne de Buridan : notre seule obligation, rappelle la fable, est de choisir résolument l’une des deux voies. Lucidement ou en toute inconscience, peu importe ; et qui peut vraiment être sûr de ses motivation ? »
La civilisation du rire, p.231 op.cité

Épilogue

Les sorcières de Rimouski sont les femmes que j’ai rencontrées au Cégep, à la librairie Vénus, à la Maison des femmes, au Salon du livre, à l’Association des femmes d’affaires, au Club politique féminin, au Musée, au Club de tennis et dans les bars.

En 1984 le thème des sorcières était dans l’air et la grande chanson d’Anne Sylvestre « Une sorcière comme les autres », interprétée par Pauline Julien, attisait le mouvement féministe au Québec.

À Rimouski, le vent du large animait d’une douce folie le désir de création, d’expérimentation, de recherche et d’expression, ainsi que le mouvement de libération des femmes. Heureusement, nous n’étions pas au Moyen-âge car plusieurs de celles que j’appelle les Sorcières de Rimouski auraient péri comme Jeanne d’Arc, condamnée en 1451 par l’Église de Rome à brûler vive sur le bûcher. Cette sorcière guerrière fut réhabilitée comme sainte en 1920 par la même Église. Allez savoir pourquoi ! Serait-ce l’origine du paradoxe de la sorcière : à la fois satanique et divine ?